Oligochètes

Les Oligochètes AQUATIQUES sont LARGEMENT UTILISéS COMME BIOINDICATEURS DE LA QUALITé DES SéDIMENTS. En effet, ils se nourrissent essentiellement de bactéries ou de matières organiques mortes qu'ils ingèrent avec le substrat dans lequel ils se trouvent.

De plus, leur répartition géographique est très large puisque les espèces les plus courantes sont présentes sur plusieurs continents et se répartissent dans toutes les eaux continentales, sans zonation ni distribution régionale.

A ce titre, deux indices de bioindication des sédiments ont été développés :
En rivières : l'IOBS (Indice Oligochètes de Bioindication des Sédiments)
En lacs : l'IOBL (indice Oligochètes de Bioindication lacustre

L'IOBS Norme AFNOR NF T90-390
L’IOBS décrit la qualité biologique des sédiments fins ou sableux permanents et stables de cours d'eau ou canaux et indique des tendances fortes sur l’incidence écologique des rejets polluants (charge organique ; micropolluants organiques et métalliques).
L’IOBS peut en outre être utilisé comme indice de qualité biologique générale dans les milieux où prédominent les sédiments fins ou sableux (canaux, rivières canalisées...).

Les différentes phases de l'analyse IOBS sont les suivantes :

  • Prélèvements de sédiments par station selon un protocole d’échantillonnage tenant compte du type de sédiment présent ;
  • Sous-échantillonnage et extraction dans l'échantillon des oligochètes ;
  • Montage des oligochètes extraits entre lame et lamelle dans un liquide de montage puis identification et numération des espèces d'oligochètes présentes ;
  • Détermination des valeurs de l’IOBS

La valeur de l'IOBS est calculée à partir du nombre d'espèces trouvées et de la proportion de deux groupes particulier, les Tubicidae avec soies capillaires ou sans soies capillaires. La présence d'au moins 60% de Tubificidae sans soies capillaires dans l'échantillon peut être un signe d'une pollution de type micropolluants (HAP, métaux lourds)

L'IOBL Norme AFNOR NF T90-391
L'IOBL décrit le potentiel métabolique des sédiments lacustres profonds (>5 m), c'est-à-dire leur capacité à assimiler, minéraliser la matière organique.
Les différentes phases de l'analyse IOBL sont les mêmes que pour l'IOBS, seul le protocole de prélèvement change car les milieux (rivières et lac) sont de nature très différentes.

Grâce à de rigoureuses phases d'habilitation, du prélèvement à la détermination, Aquabio possède l'accréditation COFRAC pour ces deux indices, depuis 2006 pour l'IOBS et 2009 pour l'IOBL.
De plus, afin de garantir la fiabilité de nos résultats, nous avons fait appel à un expert externe (M. GIANI) pour valider nos lames en cas de doutes, et tous taxons intégrés à la collection.

Dans le cadre des analyses macroinvertébrés globales, les oligochètes sont pris en compte que très partiellement : l'IBGN (AFNOR 90-350) et l'IBG-DCE ne les considèrent qu'au niveau de la classe. Pourtant, ils apportent des informations non négligeables sur la présence de matières organiques assimilables dans le milieu. C'est pourquoi, dans le cadre des études d'impact de rejets, nous identifions les oligochètes au moins au niveau de la famille ou du genre afin de les intégrer dans le calcul des traits biologiques.